ActualitésSociété

La censure est le nouveau front dans la guerre des consciences

Au fond, la conscience est la conscience d’être conscient. Ce qui est extraordinairement pertinent dans la conversation d’aujourd’hui sur la censure d’Internet menée ouvertement par les grandes entreprises technologiques et les grands gouvernements.

Vous voyez, lorsque l’on regarde cela depuis le niveau microcosmique, c’est-à-dire en explorant l’immensité des mondes intérieurs, l’augmentation de la conscience consiste à creuser profondément avec les yeux ouverts pour découvrir les forces, les moteurs, les bagages, les modèles et les programmes qui influencent le soi. Il s’agit de démêler tout cela afin d’évoluer vers son plus haut potentiel.

En extrapolant cela au niveau macrocosmique, l’adage «tout ce qui est en haut est comme tout ce qui est en bas, tout ce qui est à l’intérieur est comme tout ce qui est à l’extérieur» est essentiel.

Lorsque nous examinons le monde extérieur dans le but d’en élargir notre conscience, nous devons également creuser en profondeur et ouvrir les yeux. Nous devons écarter la peur inhérente à ce type d’exploration et permettre à de nombreuses vérités, amicales ou non, de s’infiltrer dans notre conscience du monde qui nous entoure. Afin de faire les meilleurs choix pour nous-mêmes, cette vision doit être aussi large et aussi complète que possible.

En 2013, l’auteur et chercheur Graham Hancock a introduit dans l’air du temps la notion de guerre contre la conscience.

Sa perspective était centrée sur la guerre contre la drogue et le développement d’un État policier international. Afin d’atteindre ce niveau de contrôle totalitaire, notre perspective doit être restreinte. Et notre perception du potentiel humain ne doit pas être autorisée à aller au-delà des réalités socio-économiques et politiques actuelles.

Hancock suggère que pour continuer à évoluer, les gens doivent être autorisés à suivre leur pulsion innée à rechercher des états modifiés de conscience, où la guidance et l’inspiration peuvent être trouvées en abondance.

Mais il existe de nombreux autres états de conscience que l’étonnant et mystérieux cerveau humain est capable d’embrasser, et il semble que ce soit un besoin humain naturel, aussi profondément enraciné que nos besoins de nourriture, de sexe et de relations nourrissantes, de rechercher et d’explorer ces « états modifiés de conscience ». » Un éventail étonnamment large de méthodes et de techniques (des exercices de respiration, à la méditation, au jeûne, à l’hypnose, à la musique rythmique, aux périodes prolongées de danse vigoureuse, etc.) est disponible pour nous aider à atteindre ce but, mais il ne fait aucun doute que la consommation de ces plantes et substances appelées « drogues » dans nos sociétés est parmi les moyens les plus efficaces et efficients dont dispose l’humanité pour explorer ces états de conscience profondément altérés.

Graham Hancock

Hancock se concentrait principalement sur l’utilisation des psychédéliques et des plantes médicinales chamaniques qui sont réputées pour leur capacité à briser les illusions sur lesquelles repose la culture capitaliste contemporaine, et il comprenait les moyens très pratiques de contrôler cela. C’est aussi simple que d’enfermer les gens dans des cages physiques et de terroriser le reste de la population.

Cinq ans plus tard, l’Occident est témoin d’une nouvelle offensive remarquable dans la guerre contre la conscience, cette fois dans le domaine de la sensibilisation à l’information.

Lorsqu’un groupe de personnes se réunit et conspire pour restreindre délibérément l’accès aux points de vue, aux opinions, aux idées, aux personnalités et aux informations, ces personnes sont engagées dans une lutte pour contrôler la perception du monde par les autres.

Leur objectif est de contrôler la prise de conscience de la diversité des possibilités de perception du monde. De couper l’imagination.

De contrôler votre conscience du monde que nous partageons tous.

Cela leur permet de rassembler tous les autres sur le même terrain de jeu, avec les mêmes règles.

Cette lutte est représentative des forces archoniques en jeu dans notre monde. Ce qui signifie qu’à la base, la lutte est spirituelle. Elle tourne entièrement autour de votre courage individuel de penser au-delà de l’enclos, de transcender le diktat de la pensée, et de continuer sans crainte à explorer les idées et les vérités qui résonnent en vous et vous aident à donner un sens au monde.

Il s’agit de la lutte pour maintenir la souveraineté personnelle de l’esprit et de l’âme, car c’est précisément cette liberté intérieure et cette intrépidité qui rendent impossible tout contrôle.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page