Crise sanitairePolitique

Politico Europe taille un costume à Macron pour sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire

C’est un oiseau ! Non, c’est un avion ! Non, c’est Super-Macron !

Les conseillers du Président français décrivent leur chef comme un super-héros combattant courageusement le coronavirus. Quelquefois.

Par Rym Momtaz, 25 mars 2021

Source : Politico.eu
Traduction : lecridespeuples.fr

Écoutez l’entourage d’Emmanuel Macron parler de la gestion du coronavirus par le Président français, et vous pourriez repartir en pensant qu’il est Superman. Ou Clark Kent. Ou les deux.

Il y a le Macron qui, selon ses conseillers, a audacieusement balayé les prédictions des épidémiologistes français et a décidé, sur la base de sa propre lecture des études scientifiques, de braver la troisième vague sans imposer de confinement sévère.

Ensuite, il y a le Macron qui, comme le spectateur moyen et impuissant, est frustré par le déploiement lent de la vaccination et se met régulièrement en colère contre ses subordonnés pour ne pas avoir appliqué sa politique assez rapidement.

Avec la prochaine élection présidentielle dans un peu plus d’un an à peine, les assistants et conseillers de Macron ont joué les deux partitions, essayant de convaincre les électeurs français que leur Président est l’option la plus capable de les guider à travers la crise — mais simultanément, qu’il n’est pas à blâmer pour le moindre des échecs en cours de route.

C’est une pirouette délicate à réussir ; et elle n’est pas facilitée par le penchant de Macron pour la prise de décision centralisée et son habitude de se mettre au centre du récit.

Chaque nouvelle phase de la pandémie a fait l’objet d’un sitcom national désormais familier. Pendant des jours, tout le pays, y compris les législateurs, est en haleine, attendant que Macron se décide à resserrer ou à assouplir les restrictions, généralement à la toute dernière minute.

Reconfinement Macron caricature

D’autres pays d’Europe ont tout autant lutté contre les flux et reflux imprévisibles de la pandémie, mais peu d’autres dirigeants ont été si délibérément désignés dans un rôle aussi crucial. C’est en partie à cause de l’énorme pouvoir du Président en vertu de la constitution française, mais c’est aussi une conséquence du style « jupitérien » de gouvernement de Macron et de l’importance cruciale de sa gestion de la crise pour sa candidature à la réélection l’année prochaine.

« Il a de plus en plus fait le choix de superviser personnellement certaines questions liées à la pandémie », a déclaré un ministre du gouvernement sous couvert d’anonymat pour parler plus librement.

« Il passe en revue les livraisons quotidiennes de vaccins, regarde tous les graphiques », a ajouté le ministre. « Il sait que la pandémie sera un problème majeur dans la prochaine campagne présidentielle. »

Super Héros

Super-Macron était sous les feux de la rampe à la fin du mois de janvier.

Dans la matinée, le Président français s’est assis avec un petit groupe de correspondants étrangers à l’Elysée autour d’une grande table de conférence pour permettre une bonne distanciation sociale. L’une des questions portait sur le vaccin produit par AstraZeneca.

Bien qu’il ait reconnu qu’il n’avait pas suffisamment de données et qu’il attendait les conseils de l’agence de santé, il a déclaré avec confiance que le vaccin semblait « quasi inefficace » sur les personnes âgées. Il a répété l’affirmation plus d’une fois. (Cet après-midi-là, il a été contredit par l’Agence européenne des médicaments qui a recommandé l’utilisation du vaccin dans tous les groupes d’âge.)

Quelques heures plus tard, il a convoqué la petite équipe de responsables gouvernementaux qu’il rencontre chaque semaine pour examiner la progression de la pandémie, et, allant à l’encontre des conseils de son Premier ministre et de son ministre de la Santé, qui est médecin, il leur a dit qu’il n’ordonnerait pas un reconfinement alors que le pays se dirigeait vers une troisième vague. Il voulait plutôt essayer de s’en sortir avec une approche différente.

L’entourage de Macron décrit cela non pas comme une prise de décision irréfléchie, mais comme une capacité presque surhumaine à contredire la science. « Il a cette capacité de défier le ministre de la Santé et le directeur général de la santé [tous deux formés en médecine] au sujet des études médicales », a déclaré avec admiration un conseiller ministériel.

Bien que Macron n’ait pas de formation en sciences médicales, les assistants disent qu’il s’est penché sur la littérature scientifique, se renseignant sur les essais cliniques et les nouvelles thérapies, ainsi que sur les modèles épidémiologiques de la propagation de la pandémie.

« Il va se transformer en épidémiologiste » ! C’est ainsi qu’un ministre anonyme l’a exprimé, sans rire, sur le site d’information France Inter.

La monarchie absolue n’avait pas des médias si serviles…

Le conseiller ministériel a tenté de justifier cette ligne en soulignant que les parents de Macron étaient formés à la médecine. (En revanche, les assistants de la chancelière allemande Angela Merkel et de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, toutes deux formées en sciences, ont rarement pointé du doigt les diplômes de leurs employeurs pour mettre en valeur leurs compétences dans la gestion de cette crise.)

Néanmoins, certaines des décisions les plus audacieuses de Macron ont donné des résultats. Il a maintenu les écoles ouvertes plus que la plupart des autres pays européens [mais à quel prix ?], et il a réussi à préserver les sacro-saintes vacances d’été et d’hiver de la France, alors même que les experts avaient prévenu qu’elles se transformeraient en clusters catastrophiques.

Il a également ajusté de manière pragmatique sa philosophie fiscalement conservatrice pour faire face à la crise. Sous sa direction, le gouvernement a continué de fournir une partie des aides économiques les plus généreuses, nationalisant essentiellement une grande partie des salaires pour limiter les licenciements [tout en sabrant les APL, l’allocation chômage…].

Kryptonite

Mais il n’a pas fallu attendre que Macron lui-même attrape le COVID pour révéler qu’il n’y a pas de cape dans son placard, et que derrière des portes closes, il n’est pas aussi décisif qu’on le dépeint parfois.

Alors que la pandémie traînait en longueur et que la fatigue sociale et les coûts économiques augmentaient, Macron est devenu de plus en plus résistant aux confinements. À tel point que le professeur Jean-François Delfraissy, le chef du conseil scientifique mis en place par Macron au début de la pandémie, s’abstient désormais de recommander des mesures restrictives « car il a le sentiment que plus il dit à Macron qu’il doit confiner, moins il le fera », selon un haut responsable du ministère de la Santé.

Sa détermination à éviter de manière inventive les confinements stricts l’a encore plus isolé dans sa prise de décision.

La semaine dernière, alors que les cas augmentaient à travers la France, le pays a passé quatre jours à bout, accroché à chaque nouvelle rumeur sur de nouvelles restrictions potentielles contre le coronavirus : un confinement complet ? Un confinement le week-end ? Une sorte d’hybride ? Personne ne pouvait donner de clarté, y compris les ministres du gouvernement qui rencontraient Macron.

« Il réfléchit encore », a écrit un conseiller de l’Elysée jeudi, quelques heures avant l’apparition du Premier ministre Jean Castex pour annoncer de nouvelles restrictions lors d’une conférence de presse.

Caricature Macron prise de décision

Et malgré son intérêt vanté pour la science, Macron a également cédé à la pression politique.

Cela a été exposé la semaine dernière lorsqu’il a décidé de suspendre l’utilisation du vaccin AstraZeneca en France. Ce n’était pas à cause d’une étude médicale qu’il avait lue. L’EMA et l’Organisation mondiale de la santé ont déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y avait aucune raison de le faire. Selon un ministre, c’était en grande partie pour éviter une controverse politique après que les autorités sanitaires allemandes ont déclaré qu’elles cesseraient d’utiliser le vaccin.

Comme beaucoup de dirigeants, les décisions de Macron n’ont pas toujours fonctionné. Au début, il semblait que son plan de franchir la troisième vague sans confinement porterait ses fruits. Mais six semaines plus tard, les cas ont fortement augmenté, des centaines de personnes meurent chaque jour et les hôpitaux sont au bord de la rupture, le forçant à fermer toutes les entreprises non essentielles de la région parisienne, et de quelques autres régions, pendant au moins les quatre premières semaines du printemps.

Cela aussi a été présenté comme une marque de leadership.

« Face à cette crise sans précédent, il faut avoir l’humilité d’essayer des choses », a déclaré le conseiller pour résumer l’approche de Macron. « La situation sans précédent vous oblige à oser les choses. Il sait qu’il n’a pas réussi à tout. »

L’humilité de Macron

Des responsables proches de Macron ont continué à défendre son appel à ne pas confiner fin janvier, alors même que le gouvernement renverse le cap sur sa décision. Lors de sa conférence de presse la semaine dernière, Castex a passé plusieurs minutes à faire valoir que la décision de laisser la France non-confinée en janvier était juste, malgré le fait que Delfraissy avait correctement prédit à l’époque que la soi-disant variante anglaise du virus entraînerait une forte augmentation. dans les cas graves à la mi-mars.

Gouverner par les « fuites »

Alors que la France retombe en mode crise, Macron a prêché l’humilité, mais a eu du mal à reconnaître simplement quand un choix politique de sa part a échoué, comme l’ont fait d’autres dirigeants.

« Le maître du temps, c’est le virus, malheureusement », a déclaré Macron, qui s’est souvent qualifié de « maître des horloges », lors d’une conférence de presse lundi.

« Nous devons regarder la réalité imprévisible et difficile de ce virus, et nous avons donc besoin de beaucoup d’humilité », a-t-il ajouté.

À l’instar d’autres pays confrontés à une pandémie imprévisible, la réponse de la France au coronavirus a été parsemée d’erreurs, grandes et petites, notamment en ce qui concerne sa capacité à délivrer des vaccins. Mais lorsque les choses ont mal tourné, au lieu d’un mea culpa clair, l’entourage de Macron fait stratégiquement fuiter sa « colère » dans les médias, accusant l’appareil d’État de ne pas avoir mis en œuvre ses décisions assez rapidement ou assez bien.

Même Le Canard enchaîné donne foi à cette mascarade…

Au début de l’année, alors que le pays ne faisait vacciner que quelques centaines de personnes par jour, contre des milliers dans les pays voisins, le bureau de Macron a fait savoir qu’il était en colère face à la situation. Ils ont négligé le fait que c’était le Président qui avait approuvé la stratégie de vaccination de la France, qui, selon le gouvernement, avait été conçue pour se concentrer d’abord sur les personnes âgées très vulnérables et, à cause de cela, était délibérément lente.

BD critique vaccin Macron

Son équipe a recouru à la même tactique avant de décider de ne plus confiner. Ils ont fait savoir qu’il avait dit à son cabinet que « tant qu’il y aura des vaccins dans les réfrigérateurs, je ne confinerai pas ».

Si Macron a en tête les élections de l’année prochaine, cependant, il y a peu de preuves que sa stratégie de double face fonctionne. Les Français ont pris acte de ses lacunes. Soixante pour cent disent ne pas faire confiance à l’exécutif pour gérer la pandémie, selon un sondage effectué en février par Odoxa.

Les fuites, conçues pour faire paraître le Président plus en contact avec les inquiétudes des gens ordinaires, ont plutôt donné à beaucoup une impression entièrement différente.

« Les gens de ma circonscription n’ont pas compris cette colère ; c’est dévastateur », a déclaré un député de la majorité au pouvoir, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour parler plus librement. « Ils ont estimé que cela montrait qu’il était incapable de diriger ou de faire avancer les choses. »

Il n’y a aucun signe que Macron a l’intention de changer de méthode. Fin octobre, lorsque Macron a ordonné le deuxième confinement, un conseiller a déclaré que le Président avait averti son gouvernement : « Je n’en ordonnerai pas de troisième, débrouillez-vous. »

Les critiques disent qu’il n’a pas laissé beaucoup de latitude à son gouvernement pour le faire.

Caricature Présidentielle 2022 Macron

« Les ministres de ce gouvernement sont réduits à moins que de jeunes associés qui font ce qu’on leur dit », a récemment déclaré un conseiller d’un ministre de haut rang.

Contrairement à Superman, Macron n’a pas créé sa propre Ligue des Justiciers.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.


Partagé par lapilulerouge.fr. Partage libre en incluant la source et le lien.
Notre discernement doit prévaloir à tout moment. Les opinions exprimées dans cet article sont les opinions de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de La Pilule Rouge.
Via
Le Cri des Peuples
Source
Politico.eu

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page